Je suis né…

_DSC1439THÉÂTRE : Pièce courte en 5 actes. Écrite par les élèves de Terminales Bac Pro du lycée Ampère, en 2007. Mise en scène, direction d’acteurs, scénographies et lumière : Sandrine LMH, Sullivan Valiante et Romain Carré.

Monologues et dialogues de bébés, écrits à la manière de Roland FICHET* (Colloque de bébés), pour quinze comédiens et des bébés en plastique, dans un étrange ballet dialogué, qui disent la difficulté et la surprise d’être.

*Lien : Blog Roland Fichet

Création en mars 2007, aux Lycéâtrales organisées au lycée Jean Guéhenno de Vannes (56).

 OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAlyceatrales2007-1

Crédit photos : Lycéâtrales 2007

.

Représentation du 24 mai 2007 au lycée Ampère de Josselin

_DSC1339_DSC1359

_DSC1388

_DSC1447_DSC1441_DSC1349

Crédit photos : Vie scolaire LP Ampère

*

*

Texte intégral :

Je suis né

Pièce en 5 tableaux

Tableau I :
Scène muette et musique : 7 comédiennes et comédiens
Ballets des sages-femmes et des bébés ; apparition du bébé sur la chaise

Tableau II :
Romain (en haut)
Monologue du mort-né

Je suis né sourd, muet et aveugle. J’ai pas eu de chance. Mes parents ont pleuré de tristesse. Les infirmières m’ont porté sans ménagements et m’ont mis dans une chambre, seul. La solitude dès la naissance. Le seul cadeau que m’offrirent mes parents fut un lit de bois. Il était confortable, mais j’ignorais que j’y passerais l’éternité. Mes parents ne me donnèrent pas de nom et m’oublièrent peu à peu. Je suis resté constamment seul, dans le noir.
C’est ça, quand on est mort-né.

Tableau III :
Rémi (sur la chaise) : A, B, C, D, F, G et Daoud (en haut) : E
Multi-monologue

– Je suis né. (A)
– Quel étrange phrase… quelle est sa signification ? (B)
– Naître signifie sortir du ventre de sa mère ! (A)
– Le suis-je vraiment ? (B)
– Ouvre les yeux. (A)
– Né, le suis-je vraiment ? (B)
– Je suis né c’est fantastique. (A)
– Je suis né et tente déjà de mourir. (B)
– Je suis né pour me taire mais je l’ouvre. (C)
– Je suis né sans le désirer. (B)
– Je suis né, il est 8h30 du matin d’après les médecins. (C)
– Je suis né sous les poussées de ma mère. (B)
– Je suis né un 7 juillet 1986. (C)
– Depuis je me terre. (B)
– Je suis né homme et mourrai vieux. (A)
– Je suis né et tente déjà de mourir. (B)
– Je suis né sans le savoir. (D)
– Je suis né sans le vouloir. (B)
– Je suis né de trop bonne heure. (D)
– Je suis né de bonne humeur. (A)
– Je suis né en donnant une fausse espérance : être un homme, un vrai, un fort. (D)
– Tu les emmerdes ! (E)
– Je suis né et déjà je dis non pour rester en vie. (D)
– Je suis morte-née. (F)
– Ils m’ont appelé Rémi. (B)
– Je suis né en hurlant. (E)
– Je suis né en pleurant. (D)
– Je suis née, personne jamais n’entendra mes pleurs. (F)
– Je suis né sans entendre tes plaintes (D)
– Je suis né et la vérité je la connais. (E)
– Je suis né rémi. (B)
– Tu les emmerdes. (E)
– Je suis né l’année de la mort de Thierry Sabine, drôle de sort. (C)
– Je suis né mais peut-on le dire ? (B)
– Tu te poses trop de question. (E)
– C’est quoi cette odeur ? (G)
– T’es nouveau ici ? (E)
– Je suis né dans la pollution. (C)
– J’étouffe. (G)
– Bouche ton nez. (E)
– J’ai mal aux yeux. (G)
– Je ne voulais pas. (B)
– Je suis né pour voir la terre. (G)
– C’est trop tard. (C)
– Je suis né pour le bonheur des autres. (A)
– J’ai surgi sous les pleurs. (F)
– Dors petite sœur. (D)
– Ça pue ! (C)
– C’est la merde. (E)
– Je suis né, aujourd’hui je renais. (B)

Tableau IV :
Tous les comédiens sur le plateau :
Entrées petit à petit avec mouvements muets d’abord.
Ordre des entrées :
• Teddy (gym puis sortie)
• Aurélien (marche au fond, mouvement perpétuel)
• Déborah (assise et gamme gestuelle)
• Rémi et Morgan (ensemble, vis à vis en fond de scène, gestes d’adresse)
• Teddy et Daoud (gym puis immobilisation ; Teddy tombe, Daoud debout immobile)
• Léa (visage caché, ouvert, caché…)
• Lise (démarche traînante)
• Daoud s’assoie à côté de Déborah ; Teddy commence les pompes
• Jérémy (démarche déhanchée autour du plateau)
• Audrey (entrée blasée, position idem)
• Daoud à côté d’Audrey
• Benjamin (entrée titubante puis chute)
• David (entrée hésitante comme une excuse)
• Daoud près de Lise
• François (va s’asseoir au fond ; mouvements de tête)
• Daoud près de Léa
• Romain (va s’asseoir au centre ; assis debout…)

Tous les textes dits ensemble jusqu’à la fin du texte de François.

Chorale et chorégraphie
Tous les textes

Tableau V :
Tous les comédiens sur le plateau : mouvements et prise de parole l’un après l’autre

Scène 1.
François ( avec mouvements de tête) et les autres en chœur* (immobiles)

– Je suis né dans un chou, mais je ne suis pas fou.
– Que tu crois.*
– Je suis né à l’hôpital pour qu’elle ait moins mal.
– Bon point.*
– Je suis né un matin où il ne se passait rien.
– Comme d’hab.*
– Je suis né là mais je ne me souviens pas.
– M’étonne pas.*
– Je suis né et je n’ai rien pensé.
– Encore moins.*
– Je suis né sans savoir ce qui allait ce passer.
– Et maintenant tu sais ?*
– Je suis né sans savoir qui allait me materner.
– T’as pas été déçu.*
– Je suis né et le cordon a été coupé.
– Fatalité.*

– Je suis né en France et j’ai eu de la chance.
– Je suis né sans savoir qui allait nous gouverner.
– Je suis né en 87 le jour de la tempête.

– Je suis né avec l’envie d’avancer.
– Je suis né en me demandant qui allait m’aimer.
– Je suis né et j’ai commencé à me faire chier.

Scène 2.
Lise

Je suis né avec des traits d’handicapé,
Mes parents m’ont rejeté,
J’avais une tête de dégonflé,
Avec un sale nez,
J’étais vraiment mal formé.
J’étais déjà un raté quand je suis né.

Scène 3.
Jérémy (Démarche déhanchée autour du plateau)

Je suis né quelque part dans un hôpital, ça aurait pu être dans ce car à cause de ce rital. C’était dur pour sortir. J’ai cherché la lumière, j’ai taffé dur pour m’en sortir, et je suis rentré dans une nouvelle ère.

Scène 4.
Teddy
(Pompe)

Je suis né, j’ai vécu, chuis mouru.

Scène 5.
Rémi et Morgan (mouvements d’adresse)

Je suis né (R)
Dans une petite partie de l’univers (M)
Appelée la planète terre. (R)
Entre soleil et voie lactée. (M)

Je suis né (R)
Un de ces matins d’hiver (M)
Pour commencer (R)
Une nouvelle ère. (M)

Scène 6.
Déborah
(réveil)
(doigt levé) C’est-à moi !
Je suis née l’après-midi, entre deux (deux doigts de la main droite en avant) minutes.
Le jour a osé heurter mes yeux (deux doigts des deux mains en face des yeux) sous les regards ébahis de mes parents. (bras en soleil)
(mains déformant le visage) J’ai pleuré car je ne voulais pas y aller (bras agités pour dire non), je ne voulais pas me fatiguer.
Mais c’était trop tard, c’était fait.
Du coup, je me suis rendormie. (sommeil)

Scène 7.
Teddy
(Pompe)

Je suis né, j’ai vécu, chuis mouru.

Scène 8.
Aurélien (marche en fond de scène, arrêt à chaque parole , regard vers public)

Né pour vivre cette vie
Que je n’aime pas
Né pour vivre des choses
Que je ne conçois pas
Né pour être heureux
Je ne le suis pas
Né pour survivre
Renfermé et complexé
Né pour mourir
Seulement

Scène 9.

Benjamin (tentative de course, chute)

Je suis né en retard
D’une heure moins le quart,
A l’heure du Ricard.

J’ai pleuré comme un bébé,

Scène 10.
Audrey (attitude blasée)

Je suis né : en juillet
: le 27
: le matin
: j’ai fais ouin ouin !!! (gestes des autres)
: dorlotté
: gâté
: j’ai braillé
: je me suis fais chier (soupir des autres)

Scène 11.
Teddy
(Pompe)

Je suis né, j’ai vécu, chuis mouru.

Scène 12.
Morgan (en venant se placer en devant de scène)

Je suis né le 8 février, un mois très froid.
Dans un grand hôpital proche de chez moi.
D’après mon aîné, on m’a trouvé dans un bois.
A mon avis j’aurais crevé de froid !!!

Petit et surtout chétif, face à ce frère plutôt gros à notre naissance.
Toujours en rivalité, ennemis par essence,
Jusqu’à ma majorité,
Je n’ai cessé de le supporter.

(retour à sa place en fond de scène)

Scène 13.
Teddy
(Pompe)

Je suis né, j’ai vécu, chuis mouru.

Scène 14.
Daoud (en se déplaçant vers chacune des filles)

Je suis né pour la rencontrer (Déborah)

Je suis né pour l’aimer (Audrey)

Je suis né pour la chérir (Lise)

Je suis né pour la rendre heureuse (Léa)

Je suis né pour l’épouser (Déborah)

Je suis né pour lui faire des enfants (Lise)

Je suis né pour elle (Audrey)

Scène 15.
David
(hésitant, mouvements de gêne : main derrière le crâne, passage sur le visage, bras ballants…)

Je suis né

Un hiver du passé
Un matin de février
Dans l’air stérilisé
D’une pièce climatisée

Ma mère
A dit :
« Regarde petit,
Voilà la terre ! »

Scène 16.
Léa
(statique)

Au cours de mon année de naissance,
Il s’est passé ce grand événement…
Dont je ne me souviens pas, évidemment !
En tout cas, les années précédant ma naissance

Étaient bonnes en toute apparence.
Avant ma présence
Selon eux, c’était l’aisance…
Bonheur, réussite, études brillantes…

Pour autant, selon les stats,
Je ne suis ni inapte
Ni bon à rien.

Scène 17.
Teddy
(Pompe)

Je suis né, j’ai vécu, chuis mouru.

Scène 18.
Aurélien (côté jardin)
(les autres se forment en couples qui miment des miroirs)

Je suis né.
Me voilà, je vois enfin le jour. J’entrouvre mes petits yeux, mais je vois flou.
Je me mets à crier, crier, crier et hop plus un bruit.
Je bois, je dors, on me dorlote.
Je bois, je dors, on me câline.
Je bois, je dors, on me parle.
Je bois, je dors, et je souris.
Et puis je me retourne. Que vois-je ? Un miroir ? Non !
Non c’est mon double, un autre qui me ressemble.
« Mon jumeau ! »
Salut ! moi, l’autre, mon frère.

Scène 19.
Romain et les autres l’un après l’autre puis en chœur à la fin ( « pourquoi » )

Je suis né le jour de l’été…

Pourquoi naître un jour,

Pourquoi pas un autre ?

Pourquoi moi et pas l’autre ?

Pourquoi tant de problèmes ?

Pourquoi tant de douleurs ?

Pourquoi la vie, pourquoi pas la mort ?

Pourquoi faire un bébé ? Inutile nécessité.

Pourquoi un système déjà élaboré ?

Pourquoi une vie toute tracée ?

Pourquoi l’amour et la tristesse tour à tour ?

Pourquoi vivre alors qu’on sait qu’on va crever ?

Pourquoi …

Pourquoi … Pourquoi … Pourquoi … Pourquoi … Pourquoi … Pourquoi … Pourquoi … Pourquoi … Pourquoi … Pourquoi …

Pourquoi …

Ce contenu a été publié dans Ateliers écriture/théâtre/slam. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Je suis né…

  1. Valiente Sullivan dit :

    « Je suis né …» premier projet en en commun et de plus est très émouvant. Et mon idée farfelu de la représentation du bébé mort né via une naissance par les cintres et descendre jusqu’au comédien. Je me souviens de l’émotion dégagé et de l’ambiance théâtrale posé au commencement de la pièce.
    Amicalement Sullivan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *